Chats et blogging : la bonne entente assurée. #mamanchat

mamanchat-catloveuses Aujourd'hui, c'est Anne de Histoires de Chats qui nous parle de ses 4 chats. Une jolie complicité à découvrir. Quatre entités différentes, aucun point commun ou presque, une longévité hors pair, aucune race particulière et pourtant, chacun si particulier. Je parle bien évidemment ici de mes chats ! Ils ont chacun une histoire et deux d’entre eux plus particulièrement ont un lien particulier avec mes écrits et mon blog. Je vous invite par ici à les découvrir au travers de quelques mots écrits en leur compagnie. ChaTleureusement, rentrons dans le vif du sujet. La première arrivée se prénomme Nougatine : yeux verts, chat dit « écaille de tortue » (ceci étant, je ne connais personnellement aucune tortue ayant de telles couleurs) : marron (au moins trois sortes), beige, blanc. Je sais que l’on ne dévoile pas l’âge d’une dame, mais le sien est quasi exceptionnel : 21 ans à l’heure où j’écris ces quelques lignes et en pleine forme. Un peu chieuse sur les bords, mais ça c’est l’âge hein ! Nougatine n’a pas goûté à ma folie « internet ». En 1994, année de son arrivée si vous avez bien compté, je ne savais même pas ce qu’était ce support de communication. Par contre, elle a connu fin 1999, mon premier ordinateur personnel avec son écran non-extra plat, et son modem qui faisait un bruit de ressort mal huilé. Nougatine est restée toute seule jusqu’à ce qu’elle nous fasse des petits, en 2004 : caramel, chocolat et vanille (Pas mal non ?!) Deux sont partis dans d’autres familles (à l’époque, il était hors de question d’avoir plus de deux chats pfff !) et nous avons gardé Vanille : robe couleur vanille, un peu de gris, des yeux bleus qui louchent, un peu de Siamois dans son comportement et son physique (plus qu’indépendante et quasi-sauvage). Cette petite sauvageonne ne vous accorde son affection que si vous l’avez méritée (c’est ce que l’on aime croire) ou plutôt quand elle est décidée. Vanille a donc 11 printemps maintenant. En 2004, toujours pas de blog pour moi. Internet, je l’avais, mais pas dans la peau. Je m’arrêtais parfois sur l’écran de l’ordinateur pour regarder des pages au hasard et surtout pour comprendre comment ça pouvait bien fonctionner alors un blog…. Vous imaginez ! La blogueuse que je suis et les deux petits derniers. Tout se passait bien dans cette famille avec ses deux chats câlins, sans grands problèmes, pas trop de puces. Mais un jour, impossible de retrouver Nougatine. Une, deux, trois semaines… Elle ne revenait pas et nous la pensions perdue à jamais. C’était en 2009, de passage à la boulangerie. Une annonce attira mon attention, un chaton noir et blanc me faisait de l’œil, pris en photo, bien sérieux. Je note le numéro de téléphone et me voilà 4 heures plus tard avec Cookie dans les bras. De retour à la maison, surprise !!! Nougatine était revenue, très maigre mais vivante ! Nous avons soigné Nougatine et gardé Cookie, surnommé « la machine à bisous », une boule de tendresse et de câlins, toujours à vouloir vous lécher le bout du nez. Une petite pause, un petit café, une caresse au chat ou aux chats, car, si vous avez bien suivi jusque-là : nous voilà avec trois chats : Nougatine, Vanille et Cookie. Vanille-Nougatine-Biscotte Et c’est quoi le rapport avec le blogging dans tout ça me direz-vous ? Si Cookie pouvait parler, il vous dirait qu’il a été le témoin de mes premiers émois (non, je déconne), de mes premiers pas sur le net en tant que blogueuse. Cétait ma grande époque "affiliation" sur Blogger. Je commençais tout juste à aligner une bannière avec un texte de quatre lignes. Je remarquais à peine les réseaux sociaux sans rien y comprendre. J’ai commencé à parcourir cette grande toile d’araignée, à y passer quelques heures par semaine, avec mon Cookie allongé de tout son long sur le bureau, devant l’écran. Il ronronnait en accompagnant le mouvement de mes doigts sur le clavier. Cette époque a été également la découverte des jeux sur Internet et ça, je suis certaine que Cookie s’en rappelle. Il adorait jouer à Plant vs Zombies, ou du moins à tenter de chopper les petits trucs bizarres qui sautaient partout sur l’écran. Le premier et seul vrai blog n’a donc connu qu’un chat. Cyberentraide est donc né en 2010, un vrai hébergement et WordPress. Je peux dire qu’il a grandi avec Cookie. Voyez-vous, ce chat est ma mémoire vivante, mon disque dur sur pattes, il a tout grandi en même temps que mon blog. J’ai l’impression que ce chat est mon coach et mon fan le plus inconditionnel. Lorsqu’il ne me voit plus tapoter pendant un temps, il se couche sur le portable (il ne l’aime pas d’ailleurs maintenant qu’il a grandi, il préférait s’étaler sur le bureau devant moi). Vous savez quoi : il est en ce moment collé à moi et ronronne au rythme de la frappe, il connaît bien cette musique et reste toujours à mes côtés lorsqu’elle raisonne dans la maison (ouais je sais je tape un peu fort, je tape vite). Cookie Mon blog a donc subi beaucoup de modifications en même temps que Cookie grandissait à ses côtés. Au tout début de cet article, je vous ai parlé de quatre chats. J’en viens donc à Biscotte. Ce dernier chat, nous en sommes les parents biologiques. Non ce n’est pas une blague, je vous assure ! Trouvée dans notre jardin, aux côtés de sa maman, morte sans doute quelques jours après sa naissance (ne pleurez pas, l’histoire se finit très bien), Biscotte (là par contre aucune signification particulière à ce prénom étrange) a été élevée au biberon, a dormi dans le creux de mon oreiller dans ma main pour avoir bien chaud ; elle ne me quittait pas d’un poil. Toute la famille s’est relayée, et même la vieille Nougatine nous a aidé en lui apportant un peu de chaleur féline. Biscotte… Ah Biscotte… Cette chatte, c’est juste…. La plus craquante (jeu de mots on applaudit non ?!) la plus ingrate en fait ! Telle une ado, elle m’a pompé toute mon énergie et ne me regarde presque plus maintenant. Ceci étant, elle a été tout au long de sa première année, ma petite inspiration, notamment pour ma page Facebook « Histoires de Chats » mais pas seulement… Biscotte Elle est restée de longues heures sur mes genoux à me regarder lire, à m’entendre pester quand je ne trouvais plus d’idées d’articles. Encore maintenant, elle m’accompagne souvent, d’un peu plus loin certes, mais toujours là et curieusement plus présente lorsque j’écoute de la musique en écrivant mes textes. Albert Schweitzer a dit :
il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats.
Cette citation me colle bien à la peau et je rajouterais même à celle-ci un troisième ingrédient : les mots. Le chat, la musique, les mots et la blogueuse. Voilà, c’est fini… Enfin non, tout continu et dans le bon sens dans ce monde numérique où je constate avec ravissement tous ces nouveaux blogs que je découvre avec délice au détour de beaucoup de pages internet. Ces blogs que je suis régulièrement et qui tous (ou presque) ont un point commun : le chat ! Qu’il soit source d’inspiration, acteurs par l’image de nos écrits ou compagnons de route attentifs au nombre de mots retranscrits et arrachages de cheveux quand les idées s’étiolent, ils restent toujours là dans un but précis, nous apporter tout leur amour. ChaTmoureusement vôtre !

Commentaires