Menu

Point Santé

Comme tous les contenus de notre site web, cette page est protégée par la propriété intellectuelle.
Chers amis éléveurs, merci de trouver le courage de parler de votre travail, avec vos propres mots <3.

Avant-propos

Sur cette page, nous allons aborder la santé des chats, de nos chats, mais aussi des chats d'élevage en général.

A l'ère de l'aseptisé et des chatteries qui mettent mille et un tests en avant pour s'auto-proclamer 100% saines, il me semble important de faire un peu de didactique sur le sujet. Le but est de vous permettre d'adopter votre chaton en conscience, de comprendre que lorsque vous achetez un chaton, vous faites entrer dans votre vie un être vivant qui, comme un enfant, peut rencontrer dans sa vie des virus, des parasites, la maladie, un accident ou bien tout simplement la vieillesse !

Nous vous invitons par ailleurs à échanger sur le sujet avec le plus grand nombre d'interlocuteurs possibles : éleveurs, clubs de race, vétérinaires ... Ils vous permettront de constater que d'une personne à l'autre, les avis sont nombreux, divergents, parfois même opposés (...) qu'il faut réussir à faire le tri et se faire son propre avis en adulte.

Plus important que tout : il faut discuter avec votre éleveur et établir une relation de confiance

1. Les parasites externes : puces, gale, teigne

La Gale :

La gale est causée par des acariens microscopiques qui infestent la peau du chat. Les symptômes incluent des démangeaisons intenses, des rougeurs, et des pertes de poils. Deux types courants chez les chats sont la gale auriculaire (gale des oreilles) et la gale sarcoptique (corps). 

  • Transmission : Se transmet par contact direct avec un animal infesté ou par l'environnement contaminé.
  • Détection : Symptômes de démangeaisons intenses, rougeurs, pertes de poils, diagnostics confirmés par des prélèvements cutanés.
  • Prévention : Limiter le contact avec des animaux infectés, nettoyer et désinfecter régulièrement l'environnement du chat.
  • Traitement : Utilisation d'acaricides prescrits par un vétérinaire, traitement de l'environnement.

Les Puces :

Les puces sont des parasites externes fréquents chez les chats. Elles provoquent des démangeaisons, des allergies, et peuvent transmettre des maladies ainsi que des vers. Le traitement et la prévention consistent en l'utilisation régulière de produits antiparasitaires, tels que des pipettes cutanées, des sprays ou des colliers antipuces.

  • Transmission : Par contact direct avec des animaux infestés ou un environnement contaminé. Vous pouvez ramener des puces sous vos chaussures, en allant chez le vétérinaire ...
  • Détection : Présence de puces sur le pelage, démangeaisons, déjections de puces (petits points noirs).
  • Prévention : Traitements préventifs réguliers (pipettes, colliers, sprays), nettoyage fréquent de l'habitat.
  • Traitement : Produits antiparasitaires spécifiques, nettoyage de l'environnement, et quand c'est le cas : traitement des réactions allergiques.

Les Infections Fongiques (Dermatophytoses) :

Les infections fongiques, comme la teigne, sont causées par des champignons qui infectent la peau, les poils et, parfois, les griffes. Ces infections se manifestent par des lésions circulaires, une perte de poils et, parfois, des démangeaisons. 

  • Transmission : Contact avec des spores fongiques dans l'environnement ou avec des animaux infectés. Spores que vous pourrez retrouver en exposition / salons animaliers, chez le vétérinaire ...
  • Détection : Lésions circulaires sur la peau, perte de poils, prélèvements cutanés ou culture fongique pour confirmation.
  • Prévention : Hygiène rigoureuse, éviter les environnements à haut risque (refuges surpeuplés, conditions insalubres).
  • Traitement : Antifongiques oraux et/ou topiques, désinfection de l'environnement, isolation des animaux infectés.

Notre statut et notre mode de gestion :

Nos chatons sont remis indemnes de gale, de puces, de tiques et d'infections fongiques. Nous prenons de grandes précautions pour éviter que ces parasites externes viennent embêter nos chats :

  • les locaux sont aspirés et nettoyés tous les jours.
  • nous faisons très attention chez le vétérinaire, et nous avons un accord avec notre clinique vétérinaire pour nous prévenir s'ils ont un cas problématique par rapport à tous ces parasites, de sorte que nous reportions notre venue si les locaux doivent être désinfectés.
  • nous ne faisons aucune exposition et aucun salon animalier
  • lorsque nous accueillons un nouveau chat, celui-ci est mis en quarantaine afin de vérifier son état de santé et son statut vis à vis de ces parasites (envoi systématique de prélèvements pour les infections fongiques au laboratoire de l'École Nationale Vétérinaire)
  • nos chats reçoivent une pipette anti-puces préventive 2 fois par an minimum, notre chienne tous les 2 mois

 

2. Les parasites internes : vers et protozoaires

Les vers intestinaux et les protozoaires sont des parasites internes fréquemment rencontrés chez les chats. Leur gestion nécessite une compréhension du mode de transmission, de détection, ainsi que des mesures préventives et curatives.

  • Transmission : Les chats peuvent s'infecter en ingérant des œufs ou des larves présents dans l'environnement, ou par la consommation de proies infectées, mais aussi dans l'eau (même l'eau potable du robinet) ou bien encore via du portage mécanique (c'est le cas des mouches qui sont porteuses entre autres du protozoaire Giardia).
  • Détection : Symptômes tels que perte de poids, diarrhée, vomissements, présence visible de vers dans les selles. Diagnostic confirmé par analyse de selles ("copro").
  • Prévention : analyses de selles régulières, hygiène rigoureuse, éviter l'ingestion de proies / insectes potentiellement infectés, ne pas mettre en contact des animaux dont le statut est inconnu.
  • Traitement : Médicaments prescrits par un vétérinaire, adaptés au type de vers ou de protozoaire.

Notre statut et notre mode de gestion :

À ce jour, nous sommes, dans les dernières analyses, indemnes de tous parasites intestinaux. Même comme cela, rien n'est garanti car les contaminations peuvent se faire facilement par l'eau, les mouches, chez le vétérinaire ... Par conséquent :

  • Nous faisons des analyses de selles régulièrement sur tout l'élevage, même s'il n'y a aucun symptôme, pour vérifier le statut de l'élevage vis à vis de ces parasites internes. Si l'analyse revient négative de tout : nous ne traitons pas, si l'analyse est positive, nous traitons avec la molécule ad hoc, spécifique au parasite, sur prescription vétérinaire.
  • Comme pour les parasites externes, le statut des nouveaux chats est défini par l'analyse en laboratoire (dans ce cas, analyse de selles). Si le nouveau chat est infecté, il est traité et une analyse de contrôle est effectuée avant d'envisager de le sortir de sa quarantaine.

 

3. Les virus félins

Le Coryza :

Le coryza du chat est un complexe viral qui affecte les voies respiratoires supérieures des chats, causant des symptômes similaires à un rhume chez les humains. Bien que généralement non mortel, il peut être grave chez les chatons ou les chats ayant un système immunitaire affaibli et qui ne sont pas pris en charge rapidement.

  • Transmission : Contact avec des chats infectés ou environnement contaminé.
  • Prévention et Traitement : Vaccination, soins symptomatiques, antibiotiques pour les infections bactériennes secondaires.

Le Virus de l'Immunodéficience Féline (FIV) :

Le FIV, comparable au VIH chez l'homme, affaiblit progressivement le système immunitaire du chat, le rendant vulnérable à diverses infections. Peut conduire à une immunodéficience sévère, augmentant le risque d'infections secondaires et de maladies chroniques.

  • Transmission : Principalement par morsures et combats.
  • Prévention et Traitement : Réduction des combats, stérilisation, gestion des infections secondaires.

Le Virus de la Leucémie Féline (FeLV) :

Le FeLV est un rétrovirus qui peut causer des maladies immunitaires, des troubles sanguins et même des cancers chez les chats. Particulièrement grave, pouvant entraîner des maladies chroniques et mortelles.

  • Transmission : Salive, contact proche, morsures.
  • Prévention et Traitement : Vaccination, éviter les contacts avec des chats infectés, soins de soutien.

Le Coronavirus Félin :

Ce virus est généralement bénin, mais peut muter en une forme plus agressive, la Péritonite Infectieuse Féline (PIF), une maladie souvent mortelle. Le coronavirus félin, comme la plupart des coronavirus portés par les mammifères (y compris les humains), en lui-même est peu dangereux, mais sa mutation en PIF est un risque sérieux. ! Attention : le coronavirus félin comme la plupart des virus félins ne se transmet pas aux humains !

  • Transmission : Contact avec les excréments de chats infectés.
  • Prévention et Traitement : Hygiène, gestion des groupes de chats, soins symptomatiques et intensifs pour la PIF. Un traitement sans AMM existe pour la PIF, taux de réussite 80%. En 2023, à priori, et grâce / à cause du COVID, les vétérinaires peuvent prescrire des molécules humaines efficaces !

Le Typhus :

Le typhus du chat, aussi connu sous le nom de panleucopénie féline, est une maladie virale hautement contagieuse causée par le parvovirus félin. Il attaque les cellules à division rapide, notamment dans l'intestin et la moelle osseuse, entraînant des symptômes gastro-intestinaux sévères. Le typhus est extrêmement dangereux, en particulier pour les chatons non vaccinés et les chats adultes non immunisés. Il présente un taux de mortalité élevé, surtout si non traité rapidement.

  • Transmission : Le virus est très résistant et peut se transmettre par contact direct avec des chats infectés ou indirectement par l'environnement contaminé, y compris la litière, les ustensiles de soins, de nourriture et les vêtements.
  • Prévention et Traitement : La vaccination est le moyen de prévention le plus efficace. En cas d'infection, le traitement se concentre sur le soutien symptomatique, comme l'hydratation et le contrôle des infections secondaires. Il n'existe pas de traitement spécifique pour éliminer le virus dans l'organisme du chat; dans l'environnement, il faut tout nettoyer à la javel.

Notre statut et notre mode de gestion :

  • Nos chats sont régulièrement vaccinés pour prévenir le coryza et éviter le typhus.
  • Nous limitons les risques en ne faisant aucune exposition féline, aucun salon animalier, et en faisant très attention chez le vétérinaire.
  • Les nouveaux chats sont toujours placés en quarantaine longue (en moyenne 30 jours) avant d'être mis en contact avec les autres chats de l'élevage. Par ailleurs, nous les testons systématiquement pour le typhus, le FIV et le FELV.

A ce jour, nous sommes indemnes de mutation du coronavirus, mais nous savons que personne n'est à l'abris (même ceux qui vous diront qu'ils pensent travailler en négatif), c'est pourquoi nous faisons très attention à l'hygiène des litières, source principale de contamination entre chats et d'augmentation de la charge virale. Nos chats vivent par ailleurs en groupes de taille raisonnable afin de limiter le stress, facteur de risque important.

Réflexions personnelles

  • Le chat est un porteur sain par excellence, il peut cohabiter parfaitement durant toute sa vie avec certains virus sans que vous sachiez jamais qu'il aura eu ces virus en lui. 
  • Sur le coryza : Un test fait sur un animal asymptomatique n'est pas du tout fiable et ne peut prouver que les chats ne portent pas en eux le virus ou la bactérie responsable. Méfiez vous donc des éleveurs qui vous disent "avoir testé par PCR" ces maladies et "être négatifs de tout", même une PCR n'est pas fiable à 100%, je pense qu'on le sait tous suite au COVID !
  • A ce jour, aucun de nos chatons n'a développé de PIF.
  • La mutation du coronavirus en PIF est statistiquement rare. Le fait que la chatterie soit négative ou positive au coronavirus ne devrait jamais être un argument de vente selon moi. C'est un choix d'élevage. Chaque éleveur voit midi à sa porte et fait au mieux pour ses animaux. À la chatterie, nous pensons qu'un chaton n'ayant jamais été confronté au coronavirus a de très fortes chances d'en décéder lorsqu'il le rencontrera; de nombreuses expériences vont dans ce sens malheureusement; à tel point que les éleveurs qui "travaillent en négatif" assument maintenant de dire que si vous voulez un second chaton dans le futur, il faudra impérativement prendre un chat au statut négatif (donc chez eux généralement). A l'inverse, un chaton porteur du virus même faiblement depuis sa naissance n'a que 5% de chance de voir son coronavirus muter en PIF.

 

4. Les autres maladies

La Polykystose Rénale (PKD)

La polykystose rénale (PKD) est une maladie héréditaire, ce qui signifie qu'elle est transmise génétiquement de parents à progéniture. Les kystes, qui sont des poches remplies de liquide, se développent dans les reins et peuvent augmenter en taille au fil du temps, entravant progressivement la fonction rénale.

Bien que les chats atteints de PKD puissent vivre des vies relativement normales et saines pendant plusieurs années, la progression de la maladie peut éventuellement conduire à l'insuffisance rénale. Cela peut affecter gravement la qualité de vie du chat et nécessite une gestion attentive.


Comme c'est une maladie héréditaire et que le gène est identifiable chez le chat de race British / Scottish, il est très facile de travailler sans en testant les reproducteurs. Tous nos reproducteurs sont testés indemnes de la maladie.


La Cardiomyopathie Hypertrophique (HCM)

La Cardiomyopathie Hypertrophique (HCM) est l'une des maladies cardiaques les plus courantes chez les chats. Elle se caractérise par un épaississement anormal des parois du cœur, particulièrement du ventricule gauche, ce qui peut affecter la capacité du cœur à pomper efficacement le sang.

Aucun gène n'a été identifié à ce jour chez le British et chez le Scottish. Par conséquent, on ne peut à ce jour pas affirmer que c'est une maladie héréditaire dans ces races  (contrairement au Maine Coon). Néanmoins, et par principe de précaution, un chat reproducteur qui serait dépisté positif à la HCM doit être retiré de la reproduction. Le dépistage se fait par échographie cardiaque. Cette échographie doit être réalisée par un vétérinaire expérimenté. 


Nos chats reproducteurs sont échographiés tous les 2 ans pour vérifier que leur coeur va bien.  À ce jour, aucun de nos chats reproducteurs ne s'est avéré positif à la HCM. Si un de nos chats reproducteurs devait s'avérer positif à la HCM, il serait immédiatement stérilisé et retiré de notre programme d'élevage.


 

5. La vieillesse, les accidents, la vie !

Notre rôle en tant qu'éleveur est de tout faire pour que votre chaton soit en bonne forme physique et mentale. Une fois que nous vous confions votre chat / chaton, vous êtes responsable de cette vie et il faut accepter ce pacte jusqu'au bout :

  • un matin, votre chat fera peut-être l'andouille dans l'arbre à chat et se cassera une patte ! Pour éviter les gros frais vétérinaires, pensez à prendre une mutuelle. Surtout si vous n'avez qu'un chat, cela peut être intéressant.
  • votre chat va vieillir et avec la vieillesse viennent parfois des petits inconvénients : arthrose, organes vieillissant (reins, coeur, foie ...), humeur de grincheux, difficulté à faire sa toilette, déprime ... à vous de faire en sorte de prendre bien soin de lui jusqu'au bout !! Et, le cas échéant, de lui offrir de la dignité dans sa fin de vie : on ne prolonge pas une vie qui se fait dans la souffrance ne pouvant être soulagée.
  • votre jeune chat venant d'une famille nombreuse (de chats) se sentira peut-être un peu seul, s'ennuiera peut-être; déprimera peut-être ... à vous de le comprendre et si vous le pouvez, lui offrir un compagnon de vie OU être plus présent pour lui !

Vous adoptez un être vivant avec des besoins physiologiques, physiques, psychologiques et matériels. Il vivra de longues années à vos côtés. Nous avons essayé de lui donner le meilleur départ possible, on compte sur vous pour la suite !

Et, si vous êtes arrivé.e jusqu'ici et avez tout lu : bravo !

Comme tous les contenus de notre site web, cette page est protégée par la propriété intellectuelle.
Chers amis éléveurs, merci de trouver le courage de parler de votre travail, avec vos propres mots <3.